Réseau Cyclable

samedi 29 octobre 2011
par  Vélocité 63

Un forum pour échanger autour des réseaux cyclables du département


Commentaires

Logo de FastSnatch
mercredi 11 octobre 2017 à 15h37 - par  FastSnatch

Bonjour à tous,

Où passeriez-vous en vélo pour faire, avec un maximum de sécurité, Salins (Clermont) -> Kilomètre lancé (Aubière) ? J’ai pour projet d’aller éventuellement au taf en vélo, mais je ne sais pas où c’est le mieux de passer...

Merci. ;)

Logo de Vélocité 63
samedi 30 novembre 2013 à 14h58 - par  Vélocité 63

Pédaler sur la ligne de Tram n’est toléré que de Gaillard au Centre Jaude. Sur la zone piétonne, il est en effet préférable de cohabiter avec le piéton car on le devient forcément un moment.

Pour la peu des voitures, plus on sera nombreux, plus on sera visible. C’est vraiment une histoire de masse critique : 1 +1 + .. fait qu’un moment on est suffisamment visible des voitures et également des pouvoirs public

N’hésitez pas à passer nous rencontrer lors de nos permanences (de rue ou d’ailleurs ...)

Logo de cracotte63
lundi 18 novembre 2013 à 15h43 - par  cracotte63

Bonjour, je circule en vélo a Clermont.Je vois souvent des gens pédaler sur la ligne de Tram. Est ce qu’on a le droit ? Est ce que c’est facile ? Comment ça se passe ? Moi je prend la plupart du temps les trottoirs, je fais très attention aux piétons et, du coup je me fais rarement "enguelé " mais quand des piétons sont sur la piste cyclable je ne dis rien. On peut tous vivre ensemble !!! Par contre, j’ai très peur des voitures donc si par hasard je me trouve sur la route j’ai tendance a me mettre au milieu au feu et parfois y en a 1 qui s’enerve.. voilà mes histoires de vélo !!! J’ai des copines qui ne prenn plus leur vélo parce qu’elles ont peur.Moii c’est ma liberté et tant que je pourrais je continuerais !!!

Logo de michel63118
samedi 17 novembre 2012 à 19h54 - par  michel63118

Les incivilités contre les vélos sont de plus en plus fréquentes en ce moment. J’ai remarqué que si l’automobiliste ronge son frein en centre ville parce qu’il y est particulièrement bridé, il se relâche particulièrement dés qu’il sort en périphérie vers la banlieue et les communes extérieures de Clermont-Ferrand. Même en étant extrêmement prudent comme vous l’êtes et que je le suis, il est rare qu’au cours de mes sorties, je ne remarque pas d’énormes indélicatesses. Ce qui me choque aussi c’est le fait que trop souvent on accuse le cycliste d’imprudence, d’écarts, d’angle mort etc. Il y a des cyclistes excessivement prudents qui payent le prix fort face aux maladroits et fous du volant. J’aime le vélo et bien souvent lorsque je me prépare à le prendre, j’ai comme une appréhension sur ce qui peut m’arriver et que je n’aurai pas pu anticiper. Et je ne parle pas des chiens non attachés dès que l’on sort de la ville. Ce qui me paraît indispensable aussi, c’est une bonne assurance avec défenses et recours et d’un constat dans la poche pour la poursuite de cette activité. Et en attendant aussi dénoncer toutes ces incivilités sur forum ou autres.

Logo de Bikou
samedi 17 novembre 2012 à 16h42 - par  Bikou

Un samedi après-midi, j’étais de retour de balade avec ma fille et ma femme. Nous étions sur la piste cyclable de l’avenue Léon Blum, direction centre ville, 100 m après le carrefour avec l’avenue Loucheur. Un bus n°3 nous alors doublé pour se rabattre aussitôt sur son arrêt (Vigenaud). J’ai été plaqué contre le trottoir et j’ai du m’arrêter. Ma fille et ma femme ont pilés derrière moi. Cette attitude est inadmissible. Nous avons fait une réclamation auprès de la T2C.

Logo de michel63118
mercredi 25 juillet 2012 à 15h05 - par  michel63118

Vous venez d’être accroché, une sensation d’avoir été poussé par l’arrière
et vous avez chuté lourdement sur le sol (oui 95 kg projetés ça vous fait tomber
lourdement sur le bitume)
Cela a dû se passer en quelques secondes, je n’ai rien vu arriver.
Vous êtes allongé par terre et vous n’osez plus bouger
Et mentalement vous essayez de faire l’évaluation des dégâts de votre corps.
Pas de douleurs intolérables, juste quelques brûlures.
Il semble qu’il n’y a rien de cassé.
Vous vous hasardez à bouger la tête, à la relever.
Un petit coup d’œil, vous comprenez que vous êtes allongé en travers du rond point
et que depuis une centaine de voitures piaffant d’impatience sont arrêtés à cause de vous (ça pourrait presque être une satisfaction, s’il n’y avait pas déjà des douleurs)
On vous demande si ça va et si vous pouvez vous relever.
On ne frime pas comme les joueurs de foot, on est cycliste (mais pas un cycliste du dimanche, un cycliste qui fait ses démarches et commissions à vélo, je pédale utile moi) donc on se relève prudemment d’autant plus que personne n’a sifflé la faute bien réelle cependant de celui qui vous a poussé.
D’ailleurs vous ne tardez pas à faire connaissance avec l’abrutit en question que vous auriez envie de traiter de pauvre « C.. » si une tache plus urgente d’écouter les sensations de votre corps ne venez vous occuper.
Quelqu’un vous relève le vélo et le pousse sur le bas côté. Tiens la roue arrière ne tourne plus.
On veut essayer de vous la remettre en place mais elle ne veut plus tourner. A ma demande, nous allons faire le constat. Sauf que sur un vélo, je n’ai pas le document. Généreux, le pousseur sort le document de sa voiture.
Là vous venez de subir un choc par rapport à celui qui vous a poussé et vous n’êtes pas tout de suite vraiment opérationnel pour remplir correctement le document. En plus, il n’est pas spécialement prévu pour un choc voiture contre vélo.
Il va se poser le problème d’être rapatrié, le coffre du véhicule de la personne qui vous a poussé étant plein, vous n’avez plus qu’à téléphoner pour trouver quelqu’un d’autre. En l’occurrence ma femme, à qui je dis que tout va bien, pour ne pas l’affoler au téléphone. Même si vous avez crû votre dernière minute arrivée.
Comme sur le constat vous avez bien spécifié que vous êtes blessé, vous vous rendez chez votre médecin pour faire constater les dégâts. La salle d’attente est pleine et les douleurs commencent à se rappeler plus intensément. Finalement après la visite,
il vous faut aller faire les radios pour vérifier si rien n’est cassé dedans, suite à des soupçons vers les cotes et le coude. Rien de cassé cependant à la radio, reste les douleurs persistantes d’une cage thoracique comprimée par la chute et d’un coude déjà affaibli par un traumatisme ancien relevant d’une maladie professionnelle et d’un gros hématome à la cuisse suivi d’un plus petit au genou. Petit conseil : évitez les clefs dans une poche, en tombant dessus, vous aurez un bleu de plus.
Retour à la maison et au fil des jours qui suivent, les égratignures deviennent rouges, les tissus enflent puis vire au bleu, au jaune etc. Et l’hématome dans les jours qui suivent va descendre jusqu’à la cheville.
Au lit, il n’y a plus qu’un côté pour se coucher, l’autre fait trop mal et pour se relever le matin ce n’est pas facile, « mâché » comme disent les grands-mères.
Pour calmer la douleur, en plus de l’ordonnance délivrée par le médecin vous faite appel à Arnica en pommade et pilules ce qui augmentent les frais sûrement non remboursés.
Puis il faut bien regarder le vélo et là on découvre qu’il n’y a pas que la roue arrière, le dérailleur ne déraille plus, le pédalier est tordu etc. Je ne suis pas prêt de faire du vélo tout de suite, d’ailleurs mon squelette s’y refuse totalement. Pour avoir pris ma voiture les jours suivant, un doute commencent par m’envahir : comment vais pouvoir passer à nouveau en toute sérénité les giratoires et autres ronds points ? J’ai l’impression que personne ne s’arrête plus et ne respecte plus rien et ça cela va être très dur pour reprendre confiance et remonter sur mon vélo – déjà en voiture j’ai des doutes.
Et puis vous avez une pensée pour tous ces élus qui ne font rien pour aménager l’agglomération en favorisant la pratique du vélo. A ce sujet, je me rappelle d’un qui se fait photographier en maillot vert du Crédit Agricole sur le dos pour sa pub électoral et qui ne fait du vélo que le dimanche matin ; celui là il a fait plein de km de pistes cyclables qui ne servent pas beaucoup dans la Limagne en éludant toutes les difficultés des jonctions de ces pistes cyclables : les giratoires justement. Mais ça fait des kms donc des statistiques. Par contre les statistiques des accidents tout le monde s’en fou. J’envie presque les vaches sacrées en Inde qui sont plus protégés et respectés que le cycliste dans l’agglomération de Clermont-Ferrand.
Pour ce qui est du réseau cyclable dans l’agglomération de Clermont-Ferrand, il faut bien se rendre à l’évidence que ceux qui l’ont fait n’ont jamais enjambé un vélo.
On peut ainsi prendre chaque piste ou bande cyclable pour se rendre compte que l’on n’y laisserait pas ses enfants dessus sans leur faire prendre d’énormes risques. Un exemple celle qui relit Cébazat à Gerzat.
Déjà elle commence très mal : pour la rejoindre, de Cébazat ou de Clermont il faut prendre un énorme rond point, le rond point de La Prade. On arrive ensuite à 2 ronds points, plus petits situés de part et d’autre de la « 4 voies » qui mène de Clermont-ferrand à Riom et qui est franchi sur un pont très bien protégé de la circulation par un muret. Cela peut paraître très bien fait, mais c’est de la poudre aux yeux car dans le sens retour vous êtes obligé de recouper la route par 2 fois et même à un endroit de couper 2 voies ce qui est très délicat pour un enfant. Pour le cycliste du dimanche, je veux dire par là celui qui s’entraîne pour le Tour de France et qui a des roues pourvues de boyaux, il ne prend pas ce passage, car il y a des bordures de trottoir qui lui voileraient ses roues fragiles. Pour le cycliste qui pédale utile, il a généralement des pneus sur son vélo, celui-là emprunte le passage quitte à perdre un peu de temps, mais au moins il se sent en sécurité. Ensuite on arrive vers la zone des maraîchers. Alors là c’est un vélo tout terrain qu’il vous faut. Petits et gros cailloux sont aussi nombreux que les clous sur une étape du tour de France de cette année. J’ai entendu dire qu’en Allemagne les agriculteurs respectueux de leurs compatriotes nettoyaient leurs roues avant de sortir du champ ; et bien pas en France, ici c’est Fransozes : cochons ; c’est vrai aussi qu’ici ce n’est pas la France c’est l’Auvergne donc c’est pire ! Ce qui est d’autant plus surprenant c’est que la leçon n’a pas été retenue, puisque dans cet endroit un cycliste y avait déjà trouvé la mort fauché par une voiture parce qu’il devait avoir fait un petit écart pour éviter les gravillons.
Ensuite si l’on a survécu à cette ligne droite où les voitures sont lancées à grande vitesse à vos côtés, sans protection, ce qui me fait répéter que je n’y enverrai jamais mes enfants dessus, on arrive à Gerzat où l’on vous envoi sans autre forme de délicatesse au milieu des voitures qui bouchonnent au feu rouge et là c’est « démerdez-vous » pour le cycliste sans compter que pour le retour, la voie cyclable est inexistante pour le cycliste mais c’est normal car c’est le long du nouveau cimetière qui vous attend si vous avez échappé à tout le reste avant.
Et tant que j’y suis, il en reste une autre piste cyclable à Cébazat, rue Pierre et Marie Curie. Super celle là, bien séparée de la chaussée par une belle bordure de fleurs et agrémenté de quelques arbres élancés. Sauf que le pourcentage de la pente y est supérieur à la route qui montait au sommet du Puy de Dôme et qui avait vu le duel Anquetil Poulidor. Franchement on comprend pourquoi il n’y a pas plus de cycliste à Clermont-Ferrand lorsqu’on voit comment a été fait ce que je n’oserais pas appeler le réseau cyclable de l’agglomération clermontoise
Et dernier point pour finir, la municipalité a refait la route et l’aménagement devant la mairie de Cébazat .
Et bien là aussi les vélos ne sont pas les bien venus puisqu’il n’y a même pas un arceau pour y attacher un vélo, ni même une limitation de vitesse à 30. Tout un état d’esprit qui manque à nos élus.

Logo de michel63118
lundi 2 janvier 2012 à 18h08 - par  michel63118

Entre 2001 et 2002, Paris a multiplié ses couloirs de bus, la plupart étant ouverts au vélo. On s’en féliciterai si cela n’avait pas été réalisé peut-être de façon trop systématique, notamment dans certains cas, en supprimant l’aménagement cyclable existant ou en excluant sa réalisation quand la sécurité des cyclistes l’aurait exigé et que l’emprise l’auraient permis. En effet, si le couloir de bus – vélo est une facilité donnée aux cyclistes, ce ne peut être un aménagement de réelle sécurité capable d’attirer de nouveaux pratiquants, dont on sait que la crainte de véhicule puissants et volumineux est importante. Et ce, d’autant plus que ce type d’aménagement fait l’objet d’infractions fréquentes, dangereuse pour les vélos (livraisons, passage de motos…). De surcroît, plus le véhicule côtoyant les vélos prend de la place (le bus) et se déplace vite (le taxi ou encore le bus dans un couloir réservé et protégé), plus il effraie le cycliste.
Avis aux responsables des politiques de déplacements urbains : qu’ils n’oublient pas qu’une politique cyclable vise d’abord à séduire, en les sécurisant, de nouveaux usagers
(ce texte est issu de - le vélo à la reconquête des villes de Nicolas Pressicaud -)

Personnellement après cette lecture, je pense que cela ne peut être fait que de manière ponctuelle, lorsqu’il n’y a pas moyen de faire autrement. Je pense aussi que parfois des personnes handicapées en fauteuils roulants électriques peuvent également plus facilement emprunter une piste cyclable qu’un couloir de bus, et dans ce cas la piste cyclable rend service à 2 catégories d’usagers (sous condition bien sûr que cette piste soit bien conçue sans bordure de trottoir pour le passage du fauteuil roulant et si possible avec une continuité bien étudiée ce qui est rarement le cas sauf peut être dans le centre de Clermont-Fd d’où ma question : pourquoi pas y penser ailleurs, rue du Torpilleur Sirocco par exemple)

Logo de Nicolas
vendredi 30 décembre 2011 à 23h40 - par  Nicolas

Vélocité63 demande au SMTC d’autoriser les vélos à circuler sur certaines voie BUS dans l’agglomération :
- Quelle rue ayant une voie de bus, proposeriez-vous pour un tel partage ?

et qu’est-ce que ce partage des voies de Bus vous inspire ? du bon, du moins bon ?

Logo de michel63118
mercredi 9 novembre 2011 à 18h34 - par  michel63118

Dans un organisme urbain où ils ne sont qu’un corps étranger, dans une cité hostile, ils inventent une façon d’être qu’on ne leur a pas prévue. Ils esquissent dans l’espace le brouillon d’une ville à vélo, ils tracent, ils raturent. Leurs déboîtements sont des remords d’artiste. Ils sont tout à leur acte créatif, dans la fièvre de l’ébauche. Ne les jugez pas maintenant mais quand sortira la première épreuve.
En attendant, cessez ces coup de klaxon, laissez tomber vos siflets stridents, faites silence en suspendant votre respiration comme vous le feriez devant l’enfant qui fait ses premiers pas dans un équilibre sans cesse au bord de la rupture. Observez-les avec une indulgence attendrie. Ils cherchent, en chancelant, un nouvel équilibre qui va remettre la ville en marche.
Je vous conseille ce livre : Petit traité de vélosophie - le monde vu de ma selle - par Didier Tronchet

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031