Voiture = absurde

jeudi 6 octobre 2011

UTILISER UNE VOITURE POUR SE DEPLACER EN VILLE, C’EST NUISIBLE ET C’EST ABSURDE

DEMONSTRATION EN CHIFFRES ...

ABSURDITE 1 : LE RAPPORT DE POIDS ENTRE LE TRANSPORTÉ ET LE TRANSPORTANT

Circuler en ville avec une voiture revient à déplacer 1 corps (parfois 2, très rarement 3 et 4) pesant en moyenne 70 kg à l’aide d’un autre corps pesant en moyenne 1 250 kg ! Il faut donc 17,8 kg de voiture contre 200 g de vélo - 89 fois moins ! - pour transporter 1 kg d’humain ... Le vélo est donc 89 fois + efficace que la voiture en terme de rendement énergétique pour 1 personne transportée.

Et c’est pour cela que la voiture a besoin d’autant d’énergie : elle doit d’abord se transporter elle-même ...

ABSURDITE 2 : L’ESPACE URBAIN CONSOMMÉ

Une voiture représente une surface moyenne au sol de 5 m2. Admettons que 80 000 voitures entrent chaque jour dans Clermont-Ferrand. Au total, 400 000 m2 seront nécessaires pour stocker les automobiles. Ces chiffres ne tiennent pas compte ni des parcs auto à plusieurs étages certes, mais ni des résidents et des voiries. 400 000 m2, c’est :

  • 40 hectares,
  • 80 terrains de foot,
  • 8 jardins Lecoq,
  • 333 immeubles de 6 étages, de 200 m2 de surface habitable chacun,
  • 133 km de pistes cyclables bidirectionnelles larges de 3 m,
  • 50 km de couloirs de bus larges de 8 m,

actuellement destinés à parquer des objets inertes et inutiles.

Vélo-Cité 63 estime que faire stationner une automobile en ville revient à privatiser de fait et arbitrairement de l’espace public.

ABSURDITE 3 : LE GASPILLAGE D’ÉNERGIE

On sait déjà qu’une voiture consomme en zone urbaine 40 % d’énergie de plus qu’en parcours rural. Quand elle roule ...

Et quand elle est arrêtée ? Elle continue de gaspiller car le moteur tourne ! Brûler du pétrole pour rester immobile, n’est-ce pas une autre magnifique absurdité ?

Admettons pour faire simple :

  • que pendant 1 minute d’arrêt à un feu rouge, le moteur brûle 1,3 cl d’essence ;
  • que sur un parcours urbain de 5 km, la voiture va s’arrêter 3 fois à un feu rouge (hors "Stop", passages piétons et autres causes d’arrêt),
  • que 100 000 voitures (pendulaires + residents) vont circuler chaque jour, soir et matin, dans la zone urbaine.

Cela donne :

100 000 trajets x 2 (matin et soir) x 3 (arrêts) x 1,3 cl = 7 800 litres d’essence perdus chaque jours, soit 156 pleins !!! Imaginons à l’échelle d’un pays, voire d’un continent, d’une année. Ou plutôt non, n’imaginons même pas ...

ABSURDITE 4 : LE COÛT EXORBITANT

Se déplacer, c’est aller d’un point A à un point B. En ville, 6 moyens permettent de relier ces 2 points :

  • la voiture,
  • le 2-roues à moteur,
  • le tramway
  • le bus,
  • le vélo,
  • la marche.

La vitesse moyenne de chaque mode est la suivante (km/h) :

  • la voiture : 24
  • le 2-roues à moteur : 22
  • le tramway et le bus : 18
  • le vélo : 14
  • la marche : 5.

Comparons maintenant les budgets annuels moyens (€) :

  • la voiture : 3 000
  • le 2-roues à moteur : 2 000
  • le tramway et le bus : 354 (prix d’un pass-bus annuel intégral)
  • le vélo : 200
  • la marche : 100 (une bonne paire de chaussures).

Que constate-t-on ? Une énorme disproportion entre ...

  • ... les vitesses moyennes : de 1 pour le vélo à 1,3 pour les TC et 1,7 pour la voiture ...
  • ... et les coûts moyens : de 1 pour le vélo à 1,8 pour les transports collectifs et 15 pour la voiture.

Dit autrement, circuler en voiture en ville c’est dépenser 15 fois plus pour aller 1,7 fois plus vite et au même endroit. Absurde non ?

ABSURDITE 5 : LE RISQUE POUR LES AUTRES USAGERS DE LA RUE

Lancé à 50 km/h, un corps de 1 000 kg pèse 96 tonnes, selon la célèbre formule E = 1/2(m x v2), où "E" est l’énergie cinétique, "m" le poids initial et "v" la vitesse (en m/s).

Ce qui, en cas de choc, ne laisse guère de chance à un corps de 100 kg (un cycliste), de 70 kg (un piéton adulte) encore moins de 30 kg (un enfant). Quant aux chats et aux hérissons, ils n’ont qu’à pas traverser la rue ...

Selon quel principe et/ou quelle règle laisse-t-on des personnes mettre en danger l’intégrité physique d’autres personnes à l’occasion de simples déplacements ? L’espace urbain est devenu un espace trop souvent hostile à l’usager des modes doux.


Navigation

Articles de la rubrique